Se former grâce au Droit Individuel à la Formation (DIF)

Le DIF est un dispositif permettant à tout salarié de se constituer un crédit d’heures de formation.

Si vous êtes en CDI à temps plein, vous cumulez 20h de DIF par an. Sinon, le nombre d’heures cumulé est calculé au prorata du temps travaillé.


Exemple : un salarié à mi-temps cumule 10h sur 1 année.


Le plafond du DIF est de 120 heures. Au-delà, les heures supplémentaires acquises sont perdues.

   

Les bénéficiaires du DIF

• Pour les salariés en CDI, vous bénéficiez du DIF après 1 an d’ancienneté au sein d’une entreprise.

• Pour les salariés en CDD, il faut avoir travaillé minimum 4 mois, consécutifs ou non, au cours des 12 derniers mois.
   

Comment se passe une demande de DIF ?

La mise en œuvre du Droit Individuel à  la Formation relève de l’initiative du salarié, en accord avec son employeur.

La demande doit être argumentée et effectuée par un courrier en recommandé. L'employeur dispose d'un délai d'1 mois pour répondre. L’absence de réponse dans ce délai vaut acceptation du choix de l’action de formation proposée par le salarié.

En cas de refus de l’employeur, le salarié ne dispose d’aucun recours sauf celui de réitérer sa demande ultérieurement. Si le désaccord persiste pendant deux exercices successifs, le salarié peut déposer sa demande dans le cadre du Congé Individuel de Formation (CIF).
   

Que deviennent les heures de DIF en fin de contrat de travail ?

En cas de cessation du contrat de travail, les heures de DIF servent principalement à financer tout ou en partie un bilan de compétences ou une Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) durant la période de préavis.

Depuis la loi du 23 novembre 2009, le DIF est portable : le salarié conserve les heures cumulées s'il change d'employeur.